Texte : Ben Roazen

À sa mort, en 210 avant J.-C., le premier empereur de Chine se fit enterrer avec une armée de plus de 8 000 soldats, 150 chars et 570 chevaux en terre cuite, dont la mission était de le protéger dans l’au-delà.  Cet énorme contingent avait été façonné grandeur nature dans de l’argile rouge avec, pour chaque guerrier, un visage distinct, de vraies armes et un grade. Le mausolée de Xi’an, en Chine, resta à l’abri des regards pendant des siècles, jusqu’à sa découverte en 1974.   Il est aujourd’hui connu sous le nom d’Armée de terre cuite (Terracotta Army, en anglais).

Deux mille ans plus tard, la Air Jordan XIII originale puisait son inspiration dans le « chat noir », le surnom donné à MJ, en y concentrant l’agilité et l’instinct de prédateur de la panthère noire. La technologie Zoom Air brevetée de la sneaker et sa plaque en fibre de carbone conféraient aux joueurs la dextérité et la ténacité de ce grand fauve. L’hologramme sur l’extérieur de la chaussure évoquait les yeux vert émeraude du félin, tandis que les coussinets sur la semelle extérieure imitaient les pattes de la panthère.

Un monument historique et une sneaker haute performance : deux univers qui n’auraient jamais été amenés à se rencontrer sans l’intervention de Edison Chen, designer et fondateur de CLOT, une marque dont le design allie les influences de l’Orient et de l’Occident. En découvrant l’Armée de terre cuite à l’occasion d’un voyage en Chine, il est époustouflé par ces statues à la fois marquées par la patine du temps et parfaitement préservées. La semaine suivante, il signe avec Jordan pour créer une nouvelle version de son modèle préféré, la Air Jordan 13 Low. Son but : créer une chaussure à l’image des soldats de terre cuite.

Edison explique alors à l’équipe de design NRG de Jordan ce qui l’a inspiré dans l’Armée de terre cuite. La chaussure qui en résulte mélange plusieurs teintes naturelles, notamment Terra rosé, Pierre sépia et Gourde militaire.  Si la version originale de l’AJ13 est étincelante et technique, celle de CLOT emploie du daim biologique qui, au fil du temps, prend une apparence poussiéreuse et délavée, pour imiter la patine oxydée des soldats d’argile mis au jour. Au cours du processus de design, Edison et l’équipe Jordan NRG ont réinventé les coutures et le rembourrage sur l’extérieur pour lui donner l’apparence des plaques de métal qui composaient l’armure des soldats, avec deux ou trois points sur chaque carreau (en clin d’œil à MJ).

Les yeux de chat verts disparaissent du talon de la chaussure pour laisser place à un logo CLOT doré, qui fait écho au Jumpman de la languette. Chaque paire est accompagnée d’une illustration : elle représente un soldat de terre cuite en armurequi porte les sneakers. La collaboration Jordan Brand x CLOT ne se limite pas aux chaussures, puisqu’elle comprend également des vêtements.

Ci-dessous, Edison Chen revient sur la naissance de cette collaboration et explique la façon dont l’Armée de terre cuite lui a inspiré cette chaussure.

Pourquoi avoir choisi l’AJ13 Low pour cette collaboration avec Jordan ?

Parce que cette chaussure me tient à cœur.  Je jouais beaucoup au basketball à Hong Kong, et au plus fort de ma carrière de basketteur au lycée, si l’on peut dire, je portais l’AJ13. J’ai dû en porter trois ou quatre paires, et je les aies toujours. Quand j’étais enfant, je dessinais des maillots Air Jordan en classe. Lorsque l’équipe Jordan m’a contacté et qu’elle m’a demandé de choisir une chaussure, j’ai immédiatement répondu la 13.

Tu regardais probablement MJ jouer avec les AJ13 pendant ton enfance. Quels souvenirs en as-tu gardés ?

Il a joué l’une de ses meilleures saisons avec les AJ13. C’est quelque chose qui me parle beaucoup. Je voulais créer une chaussure qui symbolise vraiment tout ce qu’il était pour moi : la façon dont il bougeait, l’exemple à suivre qu’il représentait pour toute une génération, sa façon de s’exprimer lors des interviews et son style vestimentaire. Être fan de Michael Jordan m’a permis d’élargir réellement mon univers culturel.

Tu as grandi entre le Canada et la Chine. Comment te procurais-tu tes Jordan?

L’une des premières choses que j’ai demandées quand j’ai eu l’âge de choisir mes vêtements, c’était des Jordan. À l’époque où j’habitais à Vancouver avec ma mère, elles n’étaient pas si faciles à trouver. eBay n’existait pas encore. Il fallait se rendre au magasin pour lesacheter, et si elles n’étaient pas disponibles, il fallait se résoudre à ne pas les avoir ou à patienter.

Je me souviens d’avoir attendu longtemps avant d’obtenir ma première paire de Jordan. J’avais 11 ou 12 ans lorsqu’on a déménagé à Hong Kong. Là-bas, il y a cette rue de dingue, Fa Yuen Street. C’est le paradis du basketball. On y trouvait des maillots, des sneakers, tout ce qui avait trait au basketball. C’est dans ce quartier de Hong Kong, Mong Kok, que j’ai dégoté toutes mes Jordan . C’est ce qui a déclenché ma passion pour les sneakers, même si je ne comprenais pas à l’époque que c’était également lié à Michael Jordan.

Comment s’est passée la collaboration avec l’équipe de design Jordan NRG ?

C’est comme s’il était écrit que nous devions travailler ensemble. Ces jours-ci, je passe la plupart de mon temps aux États-Unis, à Los Angeles. Lorsque je me rends en Chine, j’essaie de découvrir de nouvelles choses et de visiter des lieux emblématiques. J’avais toujours eu envie d’aller voir l’Armée de terre cuite. J’ai profité d’un festival de musique, il y a un an et demi, pour rester deux jours de plus et aller admirer cette œuvre d’art avec mon équipe.

Et puis, peut-être une ou deux semaines plus tard, on m’a contacté pour créer une Air Jordan. J’ai choisi la 13 sans savoir ce que j’allais faire. Je me suis assis avec la chaussure en main et j’ai commencé à réfléchir à la façon dont l’empiècement latéral pourrait représenter l’esthétique des soldats de terre. C’est doublement important pour moi, parce qu’il s’agit d’une page de l’histoire de mon peuple et d’un trésor national chinois.

Il a fallu un peu de temps pour trouver avec l’équipe Jordan un concept créatif qui permette de concrétiser cette idée. Nous avons créé pas mal d’échantillons et essayé de nombreuses couleurs. Le résultat final est plutôt fidèle aux soldats de terre cuite, surtout si vous les imaginez porter cette chaussure. Le look serait vraiment harmonieux. C’est pour cette raison que la chaussure inclut toutes ces nuances de patine, parce qu’avec le temps, une fois que les statues ont été découvertes, leur couleur a commencé à changer. La couleur qui a le mieux résisté est celle que nous avons utilisée pour la Air Jordan XIII Low « Terracotta Blush ».

De quelle autre façon as-tu appliqué l’idée de la terre cuite sur la chaussure ?

Pour faire simple, nous avons pris l’empiècement, généralement réfléchissant, qui est cousu sur le côté de la chaussure, et nous lui avons donné l’esthétique de l’armure des soldats de terre. Ils portent ces plaques d’armure reliées entre elles par des fils, même si bien évidemment il s’agit de sculptures. Nous avons transposé ces idées dans l’empiècement latéral et ajouté les séries de deux et trois points en hommage à MJ. Nous avons ensuite conservé le motif qu’elles auraient arboré si les soldats avaient vraiment porté de la soie, avec tous les éléments cousus les uns aux autres.

L’autre côté de la chaussure a été traité différemment. Il apporte une certaine profondeur à la chaussure en accentuant son aspect 3D. Nous voulions vraiment que l’esthétique corresponde à une chaussure que les sculptures auraient portée et confectionnée selon les mêmes méthodes, alors nous avons modifié les empiècements pour qu’ils s’entrecroisent d’un côté à l’autre.

Quels autres éléments de l’histoire et de la signification des soldats de terre cuite t’ont inspiré ?

Il y a tellement d’aspects différents dans cette histoire, le concept a évolué à mesure que nous concevions la chaussure. Tout d’abord, il s’agit d’objets rares, ce qui se retrouve dans le concept esthétique de la chaussure. Ces sculptures ont été découvertes et préservées au fil du temps. Il y a un parallèle à faire avec l’histoire contemporaine de la sneaker. Les chaussures sont tellement recherchées que certaines personnes paient cinq fois leur prix d’origine, comme sur le marché de l’art. Certaines galeries d’art organisent désormais des enchères de chaussures.

Nous avons également voulu souligner le parallèle entre les guerriers et les basketteurs. Les joueurs travaillent ensemble pour protéger une chose : le panier. L’Armée en terre cuite protégeait son roi, c’est dans le même esprit. Les vêtements que nous avons imaginés s’inspirent aussi davantage des uniformes, pour reprendre cette idée de protection.

La marque CLOT est connue pour la qualité de ses collaborations. Avec une telle réputation, comment approches-tu une collaboration telle que celle-ci ?

Tout dépend vraiment de l’atmosphère du moment. Je puise mon inspiration dans tellement de choses différentes. Je n’ai pas nécessairement besoin de vacances. Certaines personnes ont une formule secrète, mais dans mon cas, c’est tout simplement la vie qui m’inspire. C’est peut-être un peucliché, voire étrange. Souvent notre travail est très influencé par la Chine. D’autre fois, nous nous concentrons sur une approche spécifique du design. Il n’y a pas qu’une seule approche, si ce n’est que nous essayons toujours de réaliser quelque chose d’exceptionnel qui est à la fois tendance et différent de ce que l’on trouve habituellement sur le marché.

Par curiosité, le cimetière des sneakers de CLOT existe-t-il toujours ?

Il est en cours de déménagement vers Los Angeles. Nous changeons de cimetière.

Pour moi, l’un des principaux avantages de ce cimetière, c’est de déclencher des souvenirs d’une époque. Les gens disent parfois connaître les années 90 à travers les chaussures et les vêtements de cette époque. J’ai des chaussures qui ont pour ainsi dire disparu après leur sortie, peut-être simplement parce que leur production a été interrompue. Certaines de ces chaussures ont inspiré des collaborations ultérieures. Un simple détail peut devenir une source intarissable d’inspiration.


La collection Jordan x CLOT est sortie le 8 décembre à Innersect Shanghai, en Chine. Elle sera disponible dans les magasins JUICE en Asie à partir du 13 décembre, puis dans ceux de Los Angeles et de New York le 15 décembre. La Air Jordan XIII Low « Terracotta Blush » sera disponible sur la SNEAKRS App dans le monde entier à partir du 22 décembre.

  • Air Jordan XIII Low “Terracotta Blush”

    Acheter