Texte : Darren Griffin

Photographie et style : Chimemeka « Luce » Ugoji


On ne peut pas nier l’attrait universel que suscite la mode, ni la façon dont elle reflète la société. Dans un registre plus subjectif, le style exprime nos expériences individuelles, un peu comme une carte de visite extérieure qui présente notre personnalité et nos convictions. Porter des vêtements est une chose, mais le style en est une autre : c’est l’art de les utiliser pour raconter sa propre histoire.

Originaire du New Jersey, Chimemeka « Luce » Ugoji a commencé à esquisser les grandes lignes de son histoire lorsqu’il était au lycée. Luce s’achetait ses Jordan avec les payes de son travail en restauration et c’est à ce moment qu’il a commencé à percevoir la mode d’une façon plus personnelle. Il l’envisageait davantage comme un langage ; tout le monde le parle et pourtant, certains l’articulent mieux que d’autres.

Au fil du temps, Luce a aiguisé son sens de la mode et a mis un pied dans la production musicale, après quoi il s’est lancé en tant que modèle, styliste et créateur de contenu. Son instinct affûté a fait de lui un triple expert, grâce à son incroyable sens des superpositions, des couleurs et des tendances, en particulier avec les Jordan.

Nous avons rencontré Luce pour qu’il arrange à sa façon la nouvelle collection 23 Engineered et qu’il nous partage les dernières esquisses de son histoire. La collection Automne 2020 mène le langage traditionnel de Jordan Brand vers de nouveaux territoires, grâce à des finitions, des teintes, des matériaux et des détails techniques innovants.

Tu as grandi dans le New Jersey. À quel moment as-tu commencé à considérer les vêtements comme un moyen d’expression ?

Je dirais, vers le début du lycée. Je me rappelle, je travaillais dans ce restaurant à l’époque. Chaque fois que je recevais ma paye, j’allais dans ce magasin à Linden, là où j’habitais, et j’achetais la paire de Jordan qui venait de sortir cette semaine-là. Avec, je prenais un chapeau (casquette, bonnet ou autre), et parfois un jean. C’est ce que je faisais chaque semaine, et du coup, je n’avais jamais d’argent. Je dépensais tout dans les vêtements. C’est à ce moment-là que je me suis dit que si j’avais l’air cool ou créatif, alors c’est que je l’étais.

Avant de travailler dans la mode, tu produisais de la musique. As-tu appliqué certains principes du monde de la musique à celui de la mode ?

Oui, la production musicale tourne beaucoup autour des superpositions. Il y a les percussions, auxquelles vous pouvez ajouter quelques cordes ou de petites choses qui rendent votre musique authentique. La mode fonctionne un peu de la même façon, étant donné que vous créez continuellement à partir d’une certaine base.

À l’époque, je n’atteignais pas vraiment les résultats que je visais avec la musique, alors je me suis essayé à la mode. Ça s’est juste fait comme ça. Je n’ai jamais vraiment arrêté de faire de la musique, je me suis juste davantage concentré sur la mode. Ça me paraissait plus inné. Ça a marché pour moi.

Auparavant, tu as comparé le style à un langage non verbal, une langue que tout le monde parle, mais que certains articulent particulièrement bien. Comment t’est venue cette analogie ?

Il existe plein de langues différentes dans le monde, tout comme il existe des tonnes de façons de s’habiller. Lorsque vous entrez dans une pièce, vous pouvez apercevoir une personne et être naturellement attiré par elle, comme si elle parlait le même langage que vous. À partir de là, une conversation peut naître.

Mais même si nous ne parlons pas la même langue, nous pouvons quand même nous entendre. Le style, cela revient à dire : « Qu’est-ce que vous faites là ? Qu’essayez-vous de dire ? »

Tu es un adepte de la Air Jordan I. De quelle façon cette chaussure — son essence et son histoire du point de vue de la conception — te parle personnellement ?

C’est purement et simplement la meilleure sneaker qui soit. Vous pouvez porter ce que vous voulez avec, cela rendra toujours super bien. C’est la toile parfaite. Si je pouvais porter une paire de Air Jordan I tous les jours, pour le reste de ma vie, je le ferais. C’est vraiment une excellente chaussure. Elle est emblématique, un peu comme l’est Michael Jordan.

Jordan Brand est en train de créer un nouveau langage avec la collection 23 Engineered. Quelle a été ta première impression de la collection Automne 2020 ?

Elle est clairement plus technique que ce à quoi je m’attendais. En ce moment, j’essaie d’être plus à l’aise dans mes vêtements. Plus jeune, je portais beaucoup de jeans skinny, et ce n’était pas très confortable. Maintenant, j’aime les vêtements que je peux porter toute la journée. Si j’ai besoin de me rendre à différents événements dans une même journée, je sais que je me sentirai bien. Je peux me lever, aller au parc et passer du temps avec mes amis. Je peux même participer à une partie improvisée. Je peux aller du parc à la plage ou dans un bar, ma tenue conviendra toujours.

Quand on regarde la façon dont tu as arrangé la collection, on s’aperçoit que c’est très fonctionnel, mais aussi très pointu. À ton avis, que vont retenir les gens de cette collection, lorsqu’ils l’auront vue ?

La fonctionnalité est une chose qui compte beaucoup pour moi en ce moment, et je pense que c’est ce qui ressort vraiment de cette collection. Je pense que les gens aimeront beaucoup. Avec les premières images et esquisses, on ne voit pas toujours si la matière va être agréable, ni si elle va être confortable tout au long de la journée. Une fois qu’on voit les articles et qu’on les a entre les mains, les matières sont incroyables. C’est respirant et confortable. Les gens vont être agréablement surpris.

À t’entendre, on sent que tu adores les tissus et les textures. Par conséquent, quels vêtements recommanderais-tu de porter ou de superposer avec la collection 23 Engineered ?

C’est intéressant parce que les articles sont à la fois lourds et légers. Certains hauts donnent une sensation de matière coupe-vent. Les shorts sont bien pensés, avec de nombreuses poches, mais ils restent super légers. Vous pouvez assortir la collection avec beaucoup de choses ; les Air Jordan I et les Air Jordan III vont très bien avec les bas au style coupe-vent. Avec ça, je recommanderais un haut super léger, un tee-shirt à manches longues par exemple. Je ne porte pas souvent d’« ensembles », mais la veste entièrement zippée avec le pantalon cargo assorti, c’est une tenue que je me vois bien porter.

Ce n’est pas un secret, la fin de l’été approche et bientôt, nous serons en automne. Comment les gens peuvent-ils adapter 23 Engineered d’une saison à l’autre ?

Il suffit de superposer les vêtements. Par exemple, vous pouvez porter un short avec un tee-shirt et puis, en automne, vous pouvez simplement ajouter une parka par-dessus. Il y a aussi une veste aviateur, qui va avec tout. Vous pouvez enlever des épaisseurs tout au long de la journée, s’il le faut.

La collection 23 Engineered est mixte. De quelle façon penses-tu que les femmes vont s’approprier la collection ?

En toute franchise, je pense que les femmes peuvent porter les mêmes choses que les hommes. D’ailleurs, la plupart du temps, les femmes portent mieux des tenues d’homme que les hommes eux-mêmes. Il y a de plus en plus de coupes amples et décontractées. N’importe qui peut opter pour une taille plus ajustée ou plus ample. Tout dépend du style personnel et des préférences de chacun. Il n’y a pas de bonne ou mauvaise façon de faire. Tout devient mixte. En réalité, je regarde la mode féminine et m’en inspire, parce que je la trouve géniale.

Dirais-tu alors que l’essence de 23 Engineered se rapproche de l’ultra-confortable ?

Absolument. J’aime les vêtements qui évitent d’avoir à trop y penser. Je n’ai pas besoin de trop réfléchir à ce que je porte. Je peux assortir tel et tel vêtement, et ça rend super bien. Je suis prêt à partir.


La collection Jordan 23 Engineered est désormais disponible sur Jordan.com. Les Air Jordan III « Denim » seront disponibles à partir du 27 août sur SNKRS et chez certains revendeurs.